JEUDI 6 FEVRIER ; 1er GROUPE LARAJASSE

Publié le par les pieds plats


Une scène de 22 Km de long avec une fosse de 700 m de dénivelé ; 31 acteurs habillés par Le Randonneur ; un décor de fond constitué de paysages agréablement vallonnés ; un éclairage naturel sous fond de ciel légèrement moutonné ; une poursuite constituée de rais de soleil ; un théâtre de verdure climatisé entre 10 et 12 degrés. Que voulez-vous de plus pour transformer une journée ordinaire en une belle journée de randonnée en deux actes ? C’est justement ce que recherchent avec délectation les marcheurs du jeudi, la crème des Pieds Plats (ça c’est pour faire maronner les autres !).
Les monts du Lyonnais nous accueillaient une fois de plus pour nous dévoiler leur charme sous la douceur hivernale qui caractérise ce début d’année, tout au moins dans notre région. La boucle, au sud de SAINT-SYMPHORIEN-SUR-COISE, dévoila les rondeurs verdoyantes de ces monts adoucis et nous offrit en prime, à l’horizon, les monts du FOREZ. 
Certes notre levé de rideau avait été retardé à cause de quelques participants qui s’étaient pris les pieds dans le tapis des routes départementales. Le retard ayant été comblé par un raccourci dans la première scène de marche, la route était toute tracée jusqu’au promontoire de La Chapelle de la PEUR. Appelée aussi NOTRE-DAME de la SALETTE, elle fut construite au début des années 70 (non pas 1970, mais 1870 !), et veille du haut de son promontoire à 650 m d’altitude sur les Pelauds en offrant un panorama grandiose depuis la vallée de la COISE, jusqu’aux contreforts du Massif Central.
PIERRE-SUR-HAUTE dans son écrin de neige, avec sa tour hertzienne dressée comme un phallus impétueux, nous toisait du haut de ses 1634 mètres d’altitude. Le contraste des couleurs entre les prés aux tons printaniers, les arbres aux couleurs automnales, et les monts en robe hivernale donnait de la majesté à ce paysage et du baume à nos cœurs.
Quelle chance avions nous d’être là, de marcher en plein air, et de partager entre amis et entre deux plaisanteries parfois forts gauloises, de si belles vues, que même les compacts les plus performants ont eu du mal à éterniser.
C’est à SAINT-DENIS-SUR-COISE que l’entracte permit à la troupe de se restaurer avant d’affronter le deuxième acte aux scènes pleines de rebondissements. 
Après le salut final avec ovations pour MICHEL, le metteur en scène de cette randonnée, quelques acteurs clôturèrent la journée autour d’un pot réconfortant chez Dominique
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

      

 
JEUDI 6 FEVRIER ; 1er GROUPE   LARAJASSE
JEUDI 6 FEVRIER ; 1er GROUPE   LARAJASSE
JEUDI 6 FEVRIER ; 1er GROUPE   LARAJASSE
JEUDI 6 FEVRIER ; 1er GROUPE   LARAJASSE
JEUDI 6 FEVRIER ; 1er GROUPE   LARAJASSE
JEUDI 6 FEVRIER ; 1er GROUPE   LARAJASSE
JEUDI 6 FEVRIER ; 1er GROUPE   LARAJASSE
JEUDI 6 FEVRIER ; 1er GROUPE   LARAJASSE
JEUDI 6 FEVRIER ; 1er GROUPE   LARAJASSE
JEUDI 6 FEVRIER ; 1er GROUPE   LARAJASSE
JEUDI 6 FEVRIER ; 1er GROUPE   LARAJASSE
JEUDI 6 FEVRIER ; 1er GROUPE   LARAJASSE
JEUDI 6 FEVRIER ; 1er GROUPE   LARAJASSE
JEUDI 6 FEVRIER ; 1er GROUPE   LARAJASSE
JEUDI 6 FEVRIER ; 1er GROUPE   LARAJASSE
JEUDI 6 FEVRIER ; 1er GROUPE   LARAJASSE
JEUDI 6 FEVRIER ; 1er GROUPE   LARAJASSE
JEUDI 6 FEVRIER ; 1er GROUPE   LARAJASSE
JEUDI 6 FEVRIER ; 1er GROUPE   LARAJASSE
JEUDI 6 FEVRIER ; 1er GROUPE   LARAJASSE
JEUDI 6 FEVRIER ; 1er GROUPE   LARAJASSE
JEUDI 6 FEVRIER ; 1er GROUPE   LARAJASSE
JEUDI 6 FEVRIER ; 1er GROUPE   LARAJASSE
JEUDI 6 FEVRIER ; 1er GROUPE   LARAJASSE
JEUDI 6 FEVRIER ; 1er GROUPE   LARAJASSE
JEUDI 6 FEVRIER ; 1er GROUPE   LARAJASSE
JEUDI 6 FEVRIER ; 1er GROUPE   LARAJASSE
JEUDI 6 FEVRIER ; 1er GROUPE   LARAJASSE
JEUDI 6 FEVRIER ; 1er GROUPE   LARAJASSE
JEUDI 6 FEVRIER ; 1er GROUPE   LARAJASSE
JEUDI 6 FEVRIER ; 1er GROUPE   LARAJASSE
JEUDI 6 FEVRIER ; 1er GROUPE   LARAJASSE
JEUDI 6 FEVRIER ; 1er GROUPE   LARAJASSE
JEUDI 6 FEVRIER ; 1er GROUPE   LARAJASSE
JEUDI 6 FEVRIER ; 1er GROUPE   LARAJASSE
JEUDI 6 FEVRIER ; 1er GROUPE   LARAJASSE
JEUDI 6 FEVRIER ; 1er GROUPE   LARAJASSE
Commenter cet article