COURZIEU (411 M) le 23 octobre 2014

Publié le par les pieds plats

 COURZIEU, zone d’activité sportive, 9 heures du matin, ciel nuageux mais stable, température 8°C, vent quasi nul. A l’appel, 28 randonneurs chaussés, équipés, sacs à dos, polaires, parkas, bâtons de marche, gourdes remplies, provisions à foison, dopes maisons sous forme liquide, etc. Épreuve du jour, marche sportive dans les monts du Lyonnais ; 21 Km, avec plus de 850 m de dénivelé positif ! Ça passe ou ça casse ! La troupe est motivée et s’impatiente déjà. L’adrénaline monte, comme notre sentier qui ne nous laisse pas le temps de l’échauffement. La troupe est vaillante, la troupe est soudée, la troupe est à la hauteur des monts qui ne cessent de s’élever. Bientôt le BITERNAY où nous croisons au détour du chemin un vestige de l’aqueduc Romain de la BRÉVENNE qui conduisait sur 70 Km avec une pente de un pour mille, les eaux des sources d’ORJOLLES, à LYON, pourtant distantes seulement de 26 Km à vol d’oiseaux. Ils sont fous ces Romains. Et ils sont fous ces pieds plats qui atteignent les flancs du crêt de CHEVREAU jusqu’à 820 m d’altitude, soit 400 m de dénivelé en moins de 5 Km de montée ininterrompue ! Quelle vaillance, quelle ardeur, quel panache ; et pas un qui rechigne ; tous pour un, un pour tous ; de vrais mousquetaires du bâton de marche ces fous de la sente pentue. On n’a même pas entendu râler C…T, S…d, le p…e aura ta p…u ! Version connue et reconnue par les fidèles adeptes du jeudi. Après avoir avalé le col de MALVAL, voilà enfin le beau château de SAINT BONNET LE FROID, qui timide comme un jouvenceau se terre derrière les murs de la propriété, mais que l’on devine sublime. En avant ! Le col de la LUÈRE nous attend, et plus loin encore le col de la CROIX du BAN. Il est temps de se restaurer au pied de la Croix. Le repas sera de courte durée, un léger vent rafraîchissant les lieux pourtant abrités. Est-ce le souffle du ciel destiné à nous insuffler un peu plus d’ardeur ? De toute façon le retour ne pourra qu’être plus facile et davantage porté sur la descente que la montée… Quoique ! Deux montées assez raides nous rappellent que les monts du Lyonnais se méritent et se respectent. La traversée de COURZIEU nous dévoile un village plein de charme, mais vide de bistrots. On se rattrapera en cours de route !

COURZIEU (411 M) le 23 octobre 2014
COURZIEU (411 M) le 23 octobre 2014
COURZIEU (411 M) le 23 octobre 2014
COURZIEU (411 M) le 23 octobre 2014
COURZIEU (411 M) le 23 octobre 2014
COURZIEU (411 M) le 23 octobre 2014
COURZIEU (411 M) le 23 octobre 2014
COURZIEU (411 M) le 23 octobre 2014
COURZIEU (411 M) le 23 octobre 2014
COURZIEU (411 M) le 23 octobre 2014
COURZIEU (411 M) le 23 octobre 2014
COURZIEU (411 M) le 23 octobre 2014
COURZIEU (411 M) le 23 octobre 2014
COURZIEU (411 M) le 23 octobre 2014
COURZIEU (411 M) le 23 octobre 2014
COURZIEU (411 M) le 23 octobre 2014
COURZIEU (411 M) le 23 octobre 2014
COURZIEU (411 M) le 23 octobre 2014
COURZIEU (411 M) le 23 octobre 2014
COURZIEU (411 M) le 23 octobre 2014
Commenter cet article