USCLADES ET RIEUTORD du 9 au 10 octobre

Publié le par les pieds plats

 Le jeudi 9 octobre : Départ à 7h30 de la Pouratte pour un rendez-vous à LE MONASTIER SUR GAZEILLE sur l’esplanade STEVENSON (tout un programme). Comme il se doit les 18 volontaires se partagèrent le pain (au chocolat) et le café avant de se lancer sur les chemins du sud de la HAUTE-LOIRE, aux confins de l’ARDÈCHE. Une randonnée découverte (ou redécouverte) plutôt facile est au programme ; une boucle (oui c’est plus pratique ainsi pour retrouver les voitures) de 22 Km pour moins de 600 m de dénivelé se partageant entre la TRANSCÉVENOLE et le STEVENSON. La TRANSCÉVENOLE est l’ancienne voie de chemin de fer construite au début du XX° siècle. Cette ligne destinée à Joindre LE PUY à AUBENAS, rassemblait une quantité rare d’ouvrages d’art, 12 viaducs et 35 tunnels sur 89 Km. Cette ligne ne sera malheureusement jamais achevée, ni mise en service ; Quel gâchis ! Tout le monde est passé sur le viaduc de la RECOUMÈNE … sauf le train ! Même la troupe des Pieds Plats l’a foulée sans ménagement, tout en caressant du regard la vallée de la GAZEILLE. Telle une belle fille aux formes graciles, la Recoumène attire les sauteurs les plus audacieux. Avis aux amateurs qui rêvent d’aller et venir entre les jambes de ses arches accueillantes ! TCHOU ! TCHOU ! Les marcheurs en file indienne, tels des wagons jouent au petit train du MONATIER jusqu’à l’entrée du tunnel de PRÉSAILLES (on peut fabuler non ?). La voie est belle, la pente est douce et régulière, le soleil réchauffe les corps et donne des tons subtils à la nature. Mais la traversée du bois de la BRESSE nous réserve ensuite quelques surprises. Par ici un sentier disparu, par là une sente nouvelle ; il faut employer les grands moyens, carte, boussole et GPS pour vaincre le labyrinthe et retrouver la voie qui nous conduit à SAINT-MARTIN-DE-FUGÈRES au charme coquet, où nous prenons notre collation à la terrasse d’un café sous un ciel nuageux et un petit vent coquin. De là nous empruntons à rebours le GR 70, plus connu sous le nom de chemin de STEVENSON. Le ciel nous gratifie à nouveau de ses largesses ; et ses raies de lumières nous guident via LE CROS et COURMARCÈS à notre point de départ. Faute de bistrot, nous prenons le chemin de notre gîte ; et trouvons en cours de route, au BÉAGE de quoi étancher notre soif. RIEUTORD n’est plus très loin et le gîte de la BESSE nous attend. Les chambres sont correctes et possèdent toutes une salle d’eau. Une fois installés, lavés et fraîchement habillés nous nous retrouvons dans la grande salle du rez-de-chaussée pour un apéritif convivial avant de rejoindre quelques mètres plus haut le restaurant de la ferme auberge pour dîner. La salle de restaurant est magnifique ; il s’agit d’une belle pièce voutée des XVII° et XVIII° siècles, aux arches gracieuses meublée avec goût. Ici on se sent chez soi, rassuré, serein, et on ne rêve que de prolonger le repas pour mieux se laisser porter par le charme du lieu d’autant que le repas est à la hauteur de nos espérances. La pluie qui nous avait déjà accueilli par intermittence, nous attend à nouveau à la sortie et nous accompagne au gîte. La nuit ce sont les orages qui troublent nos rêves. Dans ce lieu encaissé, les coups de tonnerre se changent en longs grondements d’une rare intensité. Le ciel déverse des trombes d’eau qui grossissent les affluents de la Loire qui n’est qu’au début de son long trajet qui la conduira 1000 Km plus loin, à son embouchure dans l’océan ATLANTIQUE. Au matin du vendredi 10 octobre, le ciel est encore chagrin. Nous nous réconfortons autour du petit déjeuner pris dans la belle salle de la ferme auberge avant de plier bagages et de décider de rentrer, sans passer par la case randonnée, donc sans recevoir notre ration de dénivelé. Qu’importe, nous ne pouvons pas gagner à tous les coups, mais foi de randonneurs, nous rejouerons ! Le jeudi 9 octobre : Départ à 7h30 de la Pouratte pour un rendez-vous à LE MONASTIER SUR GAZEILLE sur l’esplanade STEVENSON (tout un programme). Comme il se doit les 18 volontaires se partagèrent le pain (au chocolat) et le café avant de se lancer sur les chemins du sud de la HAUTE-LOIRE, aux confins de l’ARDÈCHE. Une randonnée découverte (ou redécouverte) plutôt facile est au programme ; une boucle (oui c’est plus pratique ainsi pour retrouver les voitures) de 22 Km pour moins de 600 m de dénivelé se partageant entre la TRANSCÉVENOLE et le STEVENSON. La TRANSCÉVENOLE est l’ancienne voie de chemin de fer construite au début du XX° siècle. Cette ligne destinée à Joindre LE PUY à AUBENAS, rassemblait une quantité rare d’ouvrages d’art, 12 viaducs et 35 tunnels sur 89 Km. Cette ligne ne sera malheureusement jamais achevée, ni mise en service ; Quel gâchis ! Tout le monde est passé sur le viaduc de la RECOUMÈNE … sauf le train ! Même la troupe des Pieds Plats l’a foulée sans ménagement, tout en caressant du regard la vallée de la GAZEILLE. Telle une belle fille aux formes graciles, la Recoumène attire les sauteurs les plus audacieux. Avis aux amateurs qui rêvent d’aller et venir entre les jambes de ses arches accueillantes ! TCHOU ! TCHOU ! Les marcheurs en file indienne, tels des wagons jouent au petit train du MONATIER jusqu’à l’entrée du tunnel de PRÉSAILLES (on peut fabuler non ?). La voie est belle, la pente est douce et régulière, le soleil réchauffe les corps et donne des tons subtils à la nature. Mais la traversée du bois de la BRESSE nous réserve ensuite quelques surprises. Par ici un sentier disparu, par là une sente nouvelle ; il faut employer les grands moyens, carte, boussole et GPS pour vaincre le labyrinthe et retrouver la voie qui nous conduit à SAINT-MARTIN-DE-FUGÈRES au charme coquet, où nous prenons notre collation à la terrasse d’un café sous un ciel nuageux et un petit vent coquin. De là nous empruntons à rebours le GR 70, plus connu sous le nom de chemin de STEVENSON. Le ciel nous gratifie à nouveau de ses largesses ; et ses raies de lumières nous guident via LE CROS et COURMARCÈS à notre point de départ. Faute de bistrot, nous prenons le chemin de notre gîte ; et trouvons en cours de route, au BÉAGE de quoi étancher notre soif. RIEUTORD n’est plus très loin et le gîte de la BESSE nous attend. Les chambres sont correctes et possèdent toutes une salle d’eau. Une fois installés, lavés et fraîchement habillés nous nous retrouvons dans la grande salle du rez-de-chaussée pour un apéritif convivial avant de rejoindre quelques mètres plus haut le restaurant de la ferme auberge pour dîner. La salle de restaurant est magnifique ; il s’agit d’une belle pièce voutée des XVII° et XVIII° siècles, aux arches gracieuses meublée avec goût. Ici on se sent chez soi, rassuré, serein, et on ne rêve que de prolonger le repas pour mieux se laisser porter par le charme du lieu d’autant que le repas est à la hauteur de nos espérances. La pluie qui nous avait déjà accueilli par intermittence, nous attend à nouveau à la sortie et nous accompagne au gîte. La nuit ce sont les orages qui troublent nos rêves. Dans ce lieu encaissé, les coups de tonnerre se changent en longs grondements d’une rare intensité. Le ciel déverse des trombes d’eau qui grossissent les affluents de la Loire qui n’est qu’au début de son long trajet qui la conduira 1000 Km plus loin, à son embouchure dans l’océan ATLANTIQUE. Au matin du vendredi 10 octobre, le ciel est encore chagrin. Nous nous réconfortons autour du petit déjeuner pris dans la belle salle de la ferme auberge avant de plier bagages et de décider de rentrer, sans passer par la case randonnée, donc sans recevoir notre ration de dénivelé. Qu’importe, nous ne pouvons pas gagner à tous les coups, mais foi de randonneurs, nous rejouerons !

USCLADES ET RIEUTORD  du 9 au 10 octobre
USCLADES ET RIEUTORD  du 9 au 10 octobre
USCLADES ET RIEUTORD  du 9 au 10 octobre
USCLADES ET RIEUTORD  du 9 au 10 octobre
USCLADES ET RIEUTORD  du 9 au 10 octobre
USCLADES ET RIEUTORD  du 9 au 10 octobre
USCLADES ET RIEUTORD  du 9 au 10 octobre
USCLADES ET RIEUTORD  du 9 au 10 octobre
USCLADES ET RIEUTORD  du 9 au 10 octobre
USCLADES ET RIEUTORD  du 9 au 10 octobre
USCLADES ET RIEUTORD  du 9 au 10 octobre
USCLADES ET RIEUTORD  du 9 au 10 octobre
USCLADES ET RIEUTORD  du 9 au 10 octobre
USCLADES ET RIEUTORD  du 9 au 10 octobre
USCLADES ET RIEUTORD  du 9 au 10 octobre
USCLADES ET RIEUTORD  du 9 au 10 octobre
USCLADES ET RIEUTORD  du 9 au 10 octobre
USCLADES ET RIEUTORD  du 9 au 10 octobre
USCLADES ET RIEUTORD  du 9 au 10 octobre
USCLADES ET RIEUTORD  du 9 au 10 octobre
USCLADES ET RIEUTORD  du 9 au 10 octobre
USCLADES ET RIEUTORD  du 9 au 10 octobre
USCLADES ET RIEUTORD  du 9 au 10 octobre
USCLADES ET RIEUTORD  du 9 au 10 octobre
Commenter cet article