DU 6 AU 10 JANVIER 2020 ; SEJOUR RAQUETTES ; PRALOGNAN

Publié le par les pieds plats

DU 6 AU 10 JANVIER 2020 ; SEJOUR RAQUETTES ; PRALOGNAN
DU 6 AU 10 JANVIER 2020 ; SEJOUR RAQUETTES ; PRALOGNAN
DU 6 AU 10 JANVIER 2020 ; SEJOUR RAQUETTES ; PRALOGNAN
DU 6 AU 10 JANVIER 2020 ; SEJOUR RAQUETTES ; PRALOGNAN
DU 6 AU 10 JANVIER 2020 ; SEJOUR RAQUETTES ; PRALOGNAN
DU 6 AU 10 JANVIER 2020 ; SEJOUR RAQUETTES ; PRALOGNAN
DU 6 AU 10 JANVIER 2020 ; SEJOUR RAQUETTES ; PRALOGNAN
DU 6 AU 10 JANVIER 2020 ; SEJOUR RAQUETTES ; PRALOGNAN
DU 6 AU 10 JANVIER 2020 ; SEJOUR RAQUETTES ; PRALOGNAN
DU 6 AU 10 JANVIER 2020 ; SEJOUR RAQUETTES ; PRALOGNAN
DU 6 AU 10 JANVIER 2020 ; SEJOUR RAQUETTES ; PRALOGNAN
DU 6 AU 10 JANVIER 2020 ; SEJOUR RAQUETTES ; PRALOGNAN
DU 6 AU 10 JANVIER 2020 ; SEJOUR RAQUETTES ; PRALOGNAN
DU 6 AU 10 JANVIER 2020 ; SEJOUR RAQUETTES ; PRALOGNAN
DU 6 AU 10 JANVIER 2020 ; SEJOUR RAQUETTES ; PRALOGNAN
DU 6 AU 10 JANVIER 2020 ; SEJOUR RAQUETTES ; PRALOGNAN
DU 6 AU 10 JANVIER 2020 ; SEJOUR RAQUETTES ; PRALOGNAN
DU 6 AU 10 JANVIER 2020 ; SEJOUR RAQUETTES ; PRALOGNAN
DU 6 AU 10 JANVIER 2020 ; SEJOUR RAQUETTES ; PRALOGNAN
DU 6 AU 10 JANVIER 2020 ; SEJOUR RAQUETTES ; PRALOGNAN
DU 6 AU 10 JANVIER 2020 ; SEJOUR RAQUETTES ; PRALOGNAN
DU 6 AU 10 JANVIER 2020 ; SEJOUR RAQUETTES ; PRALOGNAN
DU 6 AU 10 JANVIER 2020 ; SEJOUR RAQUETTES ; PRALOGNAN
DU 6 AU 10 JANVIER 2020 ; SEJOUR RAQUETTES ; PRALOGNAN
DU 6 AU 10 JANVIER 2020 ; SEJOUR RAQUETTES ; PRALOGNAN
DU 6 AU 10 JANVIER 2020 ; SEJOUR RAQUETTES ; PRALOGNAN
DU 6 AU 10 JANVIER 2020 ; SEJOUR RAQUETTES ; PRALOGNAN
DU 6 AU 10 JANVIER 2020 ; SEJOUR RAQUETTES ; PRALOGNAN
DU 6 AU 10 JANVIER 2020 ; SEJOUR RAQUETTES ; PRALOGNAN
DU 6 AU 10 JANVIER 2020 ; SEJOUR RAQUETTES ; PRALOGNAN
DU 6 AU 10 JANVIER 2020 ; SEJOUR RAQUETTES ; PRALOGNAN

PRALOGNAN LA VANOISE (1 400 m) du 6 au 10 janvier 2020  (Club TERNÉLIA, résidence LE TÉLÉMARK)

Ce ne sont pas des dignes descendants Norvégiens de Sondre Norheim attirés par le Télémark qui débarquent ce 6 janvier à Pralognan la Vanoise, mais bien une troupe hétéroclite de Ligériens provenant des Monts du Forez venus fouler la neige pour mieux se ressourcer.

Vingt cinq Pieds Plats, parmi lesquels des « prends l’air », des adeptes de la raquette (et de la raclette), des fondus de ski alpin (et de la fondue), ont décidé de s’élever, du moins en altitude. Mais aucun de ces loustics ne pratique le virage harmonieux du télémark ; et si certains pratiquent bien le fléchissement de la jambe dans le plus pur style de la génuflexion, c’est à coup sûr juste avant une chute inévitable dans la poudreuse… Et des chutes, il y en a eu au cours de cette semaine ensoleillée au cœur de la Savoie…

Pralognan la Vanoise qui nous accueille est un village typique du massif de la Vanoise, en Tarentaise. Situé au confluent des vallées glaciaires de la Glière et de la Chavière, il est entouré d’une multitude de montagnes dont une trentaine dépasse les 3 000 m d’altitude. Le TÉLÉMARK qui nous accueille est une charmante résidence à taille humaine, récemment rénovée, de quoi nous satisfaire. Bonus, le soleil est de la partie, et il ne devrait pas nous quitter de la semaine. Quant à la neige, elle est suffisamment abondante pour nous réserver de belles excursions…

Alors chacun a pris sa dose d’air pur en foulant ce paradis blanc, chacun ou presque a pris sa gamelle de poudreuse, chacun a joui de ces paysages grandioses, chacun a pu tutoyer quelques plateaux sommitaux de la Savoie, chacun a pu apprécier le soir le cocon du Ternélia, chacun a pu se détendre à sa convenance en pratiquant jour après jour l’activité alpine de son choix. Moment convivial que cette semaine hors de la vallée de l’Ondaine qui laissera encore une fois de beaux souvenirs et de belles photos dans nos cœurs comme dans nos mémoires numériques.

Alors vivement l’année prochaine pour retrouver nos Alpes enneigées et découvrir une autre station de haute ou de moyenne montagne.

Notre séjour raquette en détail :

Le lundi 6 janvier. Sitôt installés, et rassasiés, petite mise en jambes, raquettes aux pieds, du bas de la station. La montée à flanc de montagne dite « à la Goudard », du pied du téléski du Poucet est exigeante, et à défaut de tire-fesses, certains ont eu recours au pousse-cul pour rejoindre la piste de la corniche 100 m plus haut, dans le bois de la Rossa ; après une courte pause, direction Nord jusqu’au village montagnard classé de La Croix (à 1 390 m) qui mérite bien le détour avec ses maisons traditionnelles, sa chapelle Sainte Anne… le tout emmitouflé de neige. Retour tranquille à la station en longeant la lisière du bois, avant de remonter au Télémark où un pot de bienvenue nous attend.

Le mardi 7 janvier. Dès 9 h du matin, Alexandre et Stéphane, nos guides de haute montagne nous attendent pour deux boucles d’acclimatation, et de test, avec pause déjeuner à la résidence.

Le matin direction la cascade de la Fraîche sur le Doron de Pralognan dans le bois du Creuset. Cachée derrière les grands épicéas, dans un repli de la falaise, ce n’est qu’au dernier moment que l’on découvre l’écume de ses eaux limpides et glacées. Nous la remontons pour rejoindre la route des Fontanettes transformée en piste de skis, et qui surplombe Pralognan. La vue est magnifique, le soleil lèche les sommets alentours, laissant encore pour un moment le cœur du village dans l’ombre, ce qui donne des contrastes sublimes. La route nous ramène directement au logis déjà ensoleillé sur le haut des Darbelays, pour un repas chaud bien mérité.

L’après-midi, direction le Mont Bochor situé au Nord-Est de Pralognan, et accessible par le téléphérique. Véritable belvédère surplombant le village de 600 m, il offre une vue magnifique à 360 degrés sur le massif de la Vanoise. Nos guides nous entraînent dans une descente effrénée vers les falaises du mont pour mieux nous faire apprécier la vue plongeante sur le village qui commence seulement à capter les premiers rayons du soleil. C’est l’occasion aussi pour eux de tester le groupe qu’ils ramènent au sommet en pente raide jusqu’au sentier de découverte. Puis, dernière petite boucle pour atteindre la table d’orientation, avant de rejoindre les cabines et le village.

Le mercredi 8 janvier. Objectif le refuge de la Vanoise perché à 2 516 m d’altitude, juste en dessous du col de la Vanoise (2 522 m) qui relie les vallées de Tarentaise et de Maurienne. En été c’est LA randonnée à ne pas manquer, et en hiver c’est un challenge même raquettes aux pieds. Pour réduire la distance et le dénivelé (en raquettes on ne va pas aussi vite qu’à pied et les jours sont plus courts), nous partons de 1 992 m d’altitude grâce aux télésièges de l’Édelweiss et du Génépi. Nous sommes en haute montagne et les consignes sont strictes, matériel de détection obligatoire ; alors nous voilà partis avec chacun notre ARVA, et une dizaine de pelles et de sondes. Il fait frais, il fait beau, nous longeons le torrent des Glières à peine visible jusqu’au lac des Vaches à 2 318 m. Trois cent mètres de dénivelé et une pente sévère ; les muscles se tendent, les souffles s’accélèrent, mais les deux groupes résistent. Bien évidemment point de vaches et même point de lac, tout est drapé de neige ; l’Aiguille de la Vanoise nous toise du haut de ses 2 796 m d’altitude. Nous la contournons pour atteindre le lac Long après 200 m de dénivelée assez raide. Le refuge de la Vanoise, dit refuge Félix Faure est tout proche. Nous le rejoignons pour déguster notre pique-nique sous un soleil qui incite à la sieste. Le lieu est magnifique, nous sommes entourés de sommets impressionnants comme celui de la Grande Casse, le plus haut sommet de la Savoie, qui culmine à 3 855 m d’altitude, ou la Pointe de la Grande Glière (3 392 m) et sa très verticale sœur, la Pointe de la Petite Glière (3 222 m), ou la Pointe de la Réchasse (3 212 m), ou le Mont Pelvé (3 261 m)…La descente donna lieu à quelques glissades fessières, voire quelques pirouettes, et cela dans l’indifférence des bouquetins accrochés aux parois rocheuses, préoccupés par leur quête de nourriture.

Le jeudi 9 janvier. Direction la vallée de la Chavière au Sud Sud-Ouest de Pralognan qui conduit à son col éponyme donnant accès à Modane. Nous remontons le Doron de Chavière pour atteindre assez vite La Chollière au pied du rocher des singes. Nous poursuivons en rive gauche jusqu’au pont du Diable où nous passons en rive droite, moins sujette aux avalanches, bien que le niveau d’alerte ne dépasse pas 2/5. Nous flânons un bon moment au plus près de la rivière avant de rejoindre sèchement par une pente courte mais raide la piste (sur la D124) peu après le couloir avalancheux de la Valette. Instant sublime où certains ont improvisé un nouveau mode de locomotion, le crawl dans la poudreuse ! WHAOU ! Nous atteignons les Prioux tout en scrutant sur les flancs de la Forêt Domaniale du Petit Mont-Blanc une harde de chamois en train de se nourrir. Bien qu’encore dans l’ombre, nous avançons chaudement en étant attentifs aux animaux sauvages. C’est à celui qui les verra en premier…Bientôt les Ruelles avec ses maisonnettes qui profitent enfin du soleil, et pour finir Montaimont (1 900 m) face au refuge du Roc de la Pêche où nous nous installons pour la pause déjeuner. La vallée enneigée et les montagnes environnantes forment un paysage magnifique et reposant. Mais pas de sieste ! La route est encore longue pour rejoindre le Télémark et se retrouver tous autour du pot de l’amitié avec nos deux guides.

Merci à eux, ils nous ont comblé avec ces deux journées de plein air magnifiques. Pour sûr, certains reviendront en été pour apprécier ces mêmes paysages animés par la vie pastorale.

Le vendredi 10 janvier. Matinée libre pour se détendre avant le retour, ou pour magasiner dans les nombreuses boutiques du centre-ville. Le déjeuner expédié, pause café, et retour dans notre vallée de l’Ondaine. Adieu montagnes, neiges, chamois, bouquetins, aigles. Adieu skis, raquettes. Adieu les amis. Adieu le Télémark ; reprenons nos marques et notre télé…Et bonjour tristesse ?

Non ! D’autres aventures nous attendent et nous exaltent déjà…Suivez les infos du club. Alain Colombet

...

Commenter cet article