SEJOUR AUX ANGLES (PYRENEES) DU 30 AOUT AU 5 SEPTEMBRE

Publié le par les pieds plats

SEJOUR AUX ANGLES (PYRENEES) DU 30 AOUT AU 5 SEPTEMBRE
SEJOUR AUX ANGLES (PYRENEES) DU 30 AOUT AU 5 SEPTEMBRE
SEJOUR AUX ANGLES (PYRENEES) DU 30 AOUT AU 5 SEPTEMBRE
SEJOUR AUX ANGLES (PYRENEES) DU 30 AOUT AU 5 SEPTEMBRE
SEJOUR AUX ANGLES (PYRENEES) DU 30 AOUT AU 5 SEPTEMBRE
SEJOUR AUX ANGLES (PYRENEES) DU 30 AOUT AU 5 SEPTEMBRE
SEJOUR AUX ANGLES (PYRENEES) DU 30 AOUT AU 5 SEPTEMBRE
SEJOUR AUX ANGLES (PYRENEES) DU 30 AOUT AU 5 SEPTEMBRE
SEJOUR AUX ANGLES (PYRENEES) DU 30 AOUT AU 5 SEPTEMBRE
SEJOUR AUX ANGLES (PYRENEES) DU 30 AOUT AU 5 SEPTEMBRE
SEJOUR AUX ANGLES (PYRENEES) DU 30 AOUT AU 5 SEPTEMBRE
SEJOUR AUX ANGLES (PYRENEES) DU 30 AOUT AU 5 SEPTEMBRE
SEJOUR AUX ANGLES (PYRENEES) DU 30 AOUT AU 5 SEPTEMBRE
SEJOUR AUX ANGLES (PYRENEES) DU 30 AOUT AU 5 SEPTEMBRE
SEJOUR AUX ANGLES (PYRENEES) DU 30 AOUT AU 5 SEPTEMBRE
SEJOUR AUX ANGLES (PYRENEES) DU 30 AOUT AU 5 SEPTEMBRE
SEJOUR AUX ANGLES (PYRENEES) DU 30 AOUT AU 5 SEPTEMBRE
SEJOUR AUX ANGLES (PYRENEES) DU 30 AOUT AU 5 SEPTEMBRE
SEJOUR AUX ANGLES (PYRENEES) DU 30 AOUT AU 5 SEPTEMBRE
SEJOUR AUX ANGLES (PYRENEES) DU 30 AOUT AU 5 SEPTEMBRE
SEJOUR AUX ANGLES (PYRENEES) DU 30 AOUT AU 5 SEPTEMBRE
SEJOUR AUX ANGLES (PYRENEES) DU 30 AOUT AU 5 SEPTEMBRE
SEJOUR AUX ANGLES (PYRENEES) DU 30 AOUT AU 5 SEPTEMBRE
SEJOUR AUX ANGLES (PYRENEES) DU 30 AOUT AU 5 SEPTEMBRE
SEJOUR AUX ANGLES (PYRENEES) DU 30 AOUT AU 5 SEPTEMBRE
SEJOUR AUX ANGLES (PYRENEES) DU 30 AOUT AU 5 SEPTEMBRE
SEJOUR AUX ANGLES (PYRENEES) DU 30 AOUT AU 5 SEPTEMBRE
SEJOUR AUX ANGLES (PYRENEES) DU 30 AOUT AU 5 SEPTEMBRE
SEJOUR AUX ANGLES (PYRENEES) DU 30 AOUT AU 5 SEPTEMBRE
SEJOUR AUX ANGLES (PYRENEES) DU 30 AOUT AU 5 SEPTEMBRE
SEJOUR AUX ANGLES (PYRENEES) DU 30 AOUT AU 5 SEPTEMBRE
SEJOUR AUX ANGLES (PYRENEES) DU 30 AOUT AU 5 SEPTEMBRE
SEJOUR AUX ANGLES (PYRENEES) DU 30 AOUT AU 5 SEPTEMBRE
SEJOUR AUX ANGLES (PYRENEES) DU 30 AOUT AU 5 SEPTEMBRE
SEJOUR AUX ANGLES (PYRENEES) DU 30 AOUT AU 5 SEPTEMBRE
SEJOUR AUX ANGLES (PYRENEES) DU 30 AOUT AU 5 SEPTEMBRE
SEJOUR AUX ANGLES (PYRENEES) DU 30 AOUT AU 5 SEPTEMBRE
SEJOUR AUX ANGLES (PYRENEES) DU 30 AOUT AU 5 SEPTEMBRE
SEJOUR AUX ANGLES (PYRENEES) DU 30 AOUT AU 5 SEPTEMBRE
SEJOUR AUX ANGLES (PYRENEES) DU 30 AOUT AU 5 SEPTEMBRE
SEJOUR AUX ANGLES (PYRENEES) DU 30 AOUT AU 5 SEPTEMBRE
SEJOUR AUX ANGLES (PYRENEES) DU 30 AOUT AU 5 SEPTEMBRE
SEJOUR AUX ANGLES (PYRENEES) DU 30 AOUT AU 5 SEPTEMBRE
SEJOUR AUX ANGLES (PYRENEES) DU 30 AOUT AU 5 SEPTEMBRE
SEJOUR AUX ANGLES (PYRENEES) DU 30 AOUT AU 5 SEPTEMBRE
SEJOUR AUX ANGLES (PYRENEES) DU 30 AOUT AU 5 SEPTEMBRE
SEJOUR AUX ANGLES (PYRENEES) DU 30 AOUT AU 5 SEPTEMBRE
SEJOUR AUX ANGLES (PYRENEES) DU 30 AOUT AU 5 SEPTEMBRE

LES ANGLES (1 680 m) du 29 août au 5 septembre 2020

(CAP France, via Soleil Évasion, Chalet Ma Néou)

C’est en région OCCITANIE, dans les PYRÉNÉES ORIENTALES, au cœur de la CERDAGNE FRANÇAISE, sur le plateau du CAPCIR qui abrite LES ANGLES, que le Chalet MA NÉOU situé à 1 680 m d’altitude accueille une bande de 51 fantassins aux PIEDS PLATS pour une semaine de découverte dans ce beau Pays CATALAN, fidèle à son drapeau (la SENYERA) aux quatre bandes horizontales de couleur rouge sur fond or*.

Les Pieds Plats ont marqué eux de leur sueur les sentiers du CAPCIR et du CONFLENT pendant cette semaine de randonnées sous un soleil toujours présent et parfois ardent ; des traces certes éphémères, contrairement aux souvenirs figés dans leurs mémoires numériques qu’ils pourront exhiber fièrement comme autant de trophées, preuves de leur bravoure et des efforts accomplis à l’ombre du CANIGOU… Que de souvenirs engrangés : des vallées enchâssées entre des sommets qui frôlent parfois les 3000 m d’altitude et qui couvent du regard une foultitude de lacs comme ceux des CAMPORELLS ou du CARLIT, des cités imposantes renforcées par VAUBAN, des gorges profondes comme celles de la CARANÇA, des vallées bucoliques comme celle des fleurs près de EYNE, et ce petit train jaune qui serpente inlassablement depuis un siècle dans ce relief tourmenté, reliant les villages égarés et encaissés du CONFLENT à ceux de la HAUTE CERDAGNE.

Souvenirs conviviaux aussi dans le cocon du Chalet MA NÉOU qui a comblé les plus exigeants. Les sourires étaient bien présents derrière les masques COVID et la distanciation sociale n’a pas freiné les aficionados de la coinche et des boules, ni les adeptes de l’apéritif quotidien.

Un séjour enchanteur dans un cadre grandiose, et merci à NASSERA pour sa conduite douce sur les routes sinueuses et parfois étroites dans ces paysages tourmentés.

« Le bonheur n’est pas pour celui qui le cherche ; il est pour celui qui le trouve » (Proverbe Catalan).

Nous l’avons trouvé aux ANGLES !

* Selon la légende héraldique apparue en 1551, le blason des comtes de Barcelone, devenu depuis celui des rois d’Aragon, devrait les quatre pals de gueule rouge de son blason à Guifred le Velu. Selon une des versions de cette légende, Guifred le Velu aurait été victorieux mais blessé au combat en affrontant les Normands, et le roi de France Charles le Chauve l'aurait alors récompensé en plongeant quatre doigts dans ses blessures et en traçant sur son bouclier d'or quatre marques de sang, lui offrant ainsi ses armoiries.

Notre séjour Catalan en détail :

« La marche ne consiste pas à gagner du temps, mais à le perdre avec élégance… » David Le Breton.

Dimanche 30 août. Direction VILLEFRANCHE de CONFLENT à 40 Km du MA NÉOU pour une visite incontournable de cette cité médiévale fortifiée par VAUBAN, surplombée par le fort LIBÉRIA.

Première mise en jambe avec la montée ô combien pittoresque qui mène 21 audacieux à la chapelle NOTRE DAME DE VIE, de son vrai nom SAINT PIERRE DE LA ROCA, perchée à flanc de falaise à l’ouest de la cité, face au CANIGOU. Il s’agit d’un édifice roman, un ancien ermitage, connu dès l’an 1040. Sa beauté mérite l’effort.

Et cerise sur le gâteau, cette merveille est surplombée par une grotte impressionnante qui offre une vue imprenable sur les montagnes du CONFLENT et le célèbre CANIGOU. Quelques minutes de crapahutage suffisent pour l’atteindre et rester coi devant la beauté du paysage et le calme qui l’entoure. On a envie de rester là béatement, et de laisser le temps s’écouler…

Mais d’autres objectifs nous appellent ; alors nous rejoignons la cité pour nous restaurer et ensuite déambuler dans ses ruelles ; le chemin de ronde nous mène au pont SAINT PIERRE qui franchit LA TÊT, et de là une quinzaine d’entre nous gagne le fort LIBÉRIA par un sentier abrupt. Petite grimpette digestive et visite du fort. Remarquable monument construit par Vauban en 1681, fortifié sous Napoléon III (1850 – 1856). Nous déambulons des chemins de ronde, aux galeries de contrescarpe à la rencontre des salles de gardes ou de quelques prisons souterraines où les responsables de l’affaire des poisons furent isolés jusqu’à leur mort sous LOUIS XIV pour étouffer le scandale mettant en cause Mme De Montespan, ancienne favorite du Roi Soleil. Pour finir nous rejoignons la cité, 150 m plus bas par un souterrain de 734 marches construit sous NAPOLÉON III.

Nous nous dirigeons alors vers la gare où le très célèbre train jaune électrique à voie métrique nous attend pour nous remonter à MONT LOUIS LA CABANASSE. Ligne superbe qu’il faut prendre au moins une fois dans sa vie. Ce train sillonne les hauteurs des Pyrénées Orientales depuis un siècle sur un trajet de 63 km sur plus de 1000 m de dénivelée au cœur d’un environnement exceptionnel. Des ponts, des viaducs, des tunnels… Un paysage de rêve !

Lundi 31 août. Les lacs de CAMPORELLS

Boucle de 18 Km pour 750 m de dénivelée, à partir de la station de skis de FORMIGUÈRES (altitude 1 763 m) à 10 Km du MA NÉOU. Une randonnée exigeante au cœur du Parc Naturel Régional des Pyrénées Catalanes qui a permis à 15 d’entre nous d’admirer des paysages sublimes.

Nous remontons le flanc Sud de la vallée du GALBE tout en la dominant de plus de 300 m en direction du pic de la MUNTANYETA par des sentes confidentielles, dans une nature particulièrement sauvage et préservée jusqu’à un joli Orri (ancienne installation d’estive en haute montagne) avec porte en bois et cheminée (altitude 2 112 m). Le paysage d’estive est reposant et nous le savourons un moment. De là nous rejoignons en direction Sud-Ouest à 2 312 m d’altitude un col au pied de la MUNTANYETA via une vague sente dont la pente ne cesse de se durcir jusqu’au col ; au col, face à nous, en contrebas se trouve l’Estany GROS, et plus au loin l’Estany del MIG, mais une bise fraîche et continue nous dissuade de nous attarder.

Nous rejoignons le GR de Pays Tour des PÉRICS pour le quitter peu après et partir à la boussole en

direction du lac supérieur des CAMPORELLS à 2 360 m d’altitude, où nous nous restaurons, face au PUIG de CAMPORELLS (2 671 m), au PUIG PÉRIC (2 810 m) et au PETIT PÉRIC (2 690 m) aux sommets légèrement enneigés. Le lieu est sublime, et on en profite au maximum.

Nous repartons en direction du refuge de CAMPORELLS en suivant plus ou moins les ruisseaux qui se déversent de lacs en lacs jusqu’à longer par la droite la rive Sud de l’Estany GROS (2 255 m), ce qui nous conduit à l’Estany del MIG que l’on contourne par la gauche pour rejoindre le refuge. Une heure de paysages sublimes, de lacs merveilleux, quel bonheur !

Pause détente au refuge très fréquenté, avant de repartir sur un PR qui passe au Nord l’Etany de la BASSETA pour plonger par une rude descente vers la BAGA de la LLADURA et longer la LLADURA que l’on quitte avant son refuge éponyme pour remonter sur le CREU de la JACETA et rejoindre via le PLA del BOSC notre point de départ où nous attend le car.

Mardi 1er septembre. Les gorges de la CARANÇA : le sentier du vertige.

Aller-retour de 9 Km pour 400 m de dénivelée environ, à partir de THUÈS-ENTRE-VALLS, à 37 Km du MA NÉOU. Une expérience unique ; une balade ludique dans les gorges de la CARANÇA ; une randonnée hors du commun avec ses à pics vertigineux et sa forêt dense… Ponts, passerelles, passages câblés, vires aériennes sur des sentiers taillés dans la falaise. Itinéraire bien sécurisé certes, mais à déconseiller aux personnes sujettes au vertige !

Nous sommes 18 avec NASSERA, et nous formons trois groupes distincts pour faciliter les passages coquins et ne pas gêner les autres aventuriers que ces gorges attirent en nombre.

Départ cool de 800 m d’altitude, dans les gorges un peu fraîches, avant d’aborder une belle grimpette en rive gauche de la CARANÇA qui réchauffe les muscles… Et repose les langues ! Le plus dur est passé, maintenant à nous de profiter de ce parcours atypique. Règle numéro une : prendre son temps, marcher tranquillement en assurant ses pas en se méfiant des rochers trop bas ou trop débordant.

Ainsi, il n’y a que du plaisir pour remonter les gorges au son sourd de la CARANÇA qui déboule pour rejoindre LA TÊT.

Le sentier taillé dans la falaise est superbe et donne de belles sensations, les « ponts de singe » offrent des moments d’émotions à ceux qui se laissent tanguer et les passerelles à flanc de falaise donnent l’impression de marcher dans le vide. Que du bonheur !

Seul bémol, nous avons égaré un groupe, qui a bifurqué par erreur après 3 Km, lors du changement de rive, sur le sentier très escarpé et difficile de la corniche haute, le ramenant au bas des gorges, et le privant ainsi des « ponts de singe » qui nous ont conduit alternativement de la rive droite à la rive gauche du torrent.

C’est ainsi que seuls deux groupes ont rejoint en rive gauche le petit pont de pierres à 1150 m d’altitude, que NASSERA a embrassé de bonheur, sentant son calvaire terminé.

Après s’être sustentés, les deux groupes ont repris le chemin inverse profitant ainsi une deuxième fois du plaisir de franchir les divers obstacles de ces gorges magnifiques et uniques.

Belle expérience ; WOUHA !!!

Mercredi 2 septembre. Le lac d’AUDE du chalet MANÉOU (jour de repos de NASSERA)

Randonnée de transition de 16 Km pour 550 m de dénivelée pour 15 rescapés. Départ tranquille du Chalet sur la route du PLA DEL MIR à 1794 m d’altitude. Le GR de Pays du CAPCIR que nous empruntons ensuite contourne le Parc Animalier, ce qui nous permet de côtoyer quelques mouflons avant de nous élever sur la JACA DEL PLA DEL BUC (1862 m). Un peu plus loin nous laissons le GR pour partir dans la nature sauvage vers SAN PERE en direction de RIGALLS DE BIGORRA. Nous rejoignons le GR peu après le ROC DE FELIP pour le quitter à nouveau à hauteur du lac d’AUDE que nous contournons en le laissant sur notre gauche. Ce lac est magnifique dans son écrin de verdure, sous le Mont LLARET, calme, et reposant. Aussi, nous nous accordons près d’une heure et demie de détente pour manger et siester. Le retour s’effectue tranquillement par le GR jusqu’au MOLLERA LLARGA proche du chalet où les boulistes s’en donnent à coeur joie !

Jeudi 3 septembre. La vallée des fleurs à EYNE, à 20 Km du MA NÉOU

Aller-retour max de 14 Km pour 750 m de dénivelée.

Randonnée exigeante dans cette superbe vallée où coule l’EYNE (ou RIBERA D’EINA) que nous remontons sans discontinuer par le CAMI de NURIA. Magnifiques points de vue tout le long de cette vallée orientée NO/SE.

Au Nord Ouest FONT ROMEU, au Sud Est le PIC d’EINA (2786 m) et le PIC DE NURIA (2794 m) ; entre les deux le Col de NURIA (2683 m). La réserve Naturelle de la Vallée d’EYNE est un véritable sanctuaire botanique. A ce jour, 800 plantes ont été recensées et parmi elles, de nombreuses espèces endémiques, rares et protégées. À partir du printemps et jusqu’en automne de nombreuses espèces florales prennent à tour de rôle les couleurs de l’arc en ciel : narcisses, myosotis, bleuets, gentianes, renoncules, lupins, rhododendrons, lys martagons, colchiques roses, etc. La vallée est aussi réputée pour ses papillons, dont on dénombre une soixantaine d’espèce, et ses 8050 espèces d'insectes. À cela ajoutez une cinquantaine de Pieds Plats, espèce rare, qui a envahit ce lieu tranquille entre deux épisodes de COVID-19 en fin de saison 2020. Et dix-neuf d’entre eux, aussi tenaces qu’un rétrovirus sont même allés troubler un troupeau de vaches en s’étalant sur leur table de verdure au PLA de la BEGUDA à 2338 m d’altitude.

« La montagne ça vous gagne » dit le spot pub ; « que la montagne est belle » chantait FERRAT. Pour nous la montagne, c’est entre autres, de l’air pur, du silence, de l’effort, une nature sauvage, des points de vue magnifiques, une plénitude enivrante, et parfois quelques sons lointains (ou non) de cloches pastorales.

Nous mangeons entourés de vaches aussi curieuses que téméraires, et nous siestons à loisir, caressés par les rais d’un soleil généreux sous un ciel bleu azur digne des plus grands peintres.

Quoi ? Il faut redescendre ? Hélas, trois fois Hélas ! En route compagnons retournons à la civilisation. On admire la nature qui nous file entre les pieds. À gauche la BARRACA DELS PASTORS, là des chevaux plus ou moins sauvages, près de l’ORRI de DALT, plus loin l’ORRI de BAIX, ici une vedette de la chanson au cri perçant qui se pavane comme une star : clic, clac ! Photos de profils, le droit, le gauche, photos de face…Merci madame la marmotte. LOUIS, troublé par tant de charmes, s’étale dans le sentier ; pas de mal aux pierres, mais quelques bobos au bras et à la jambe. Les infirmières s’affairent, LOUIS est sauvé, on le ramène à tante YVONNE…Qui fait mine de l’ignorer !

Vendredi 4 septembre. Le désert du CARLIT

Boucle de 12 Km pour 400 m de dénivelée, à partir du lac des BOUILLOUSES, à 20 Km du MA NÉOU. Une très belle randonnée dans le désert du CARLIT, avec pas moins d’une douzaine de lacs tous plus beaux les uns que les autres ! Pas mal pour un désert ! C’est le clou du spectacle Pyrénéen, un final de rêve sous un soleil généreux.

Le car nous a tous amenés au pied du lac des BOUILLOUSES et dix-neuf volontaires s’engagent sur le grand parcours. La première montée est rude, mais dès le premier lac en vue on commence à apprécier cette nature généreuse. On entrevoit sur notre droite l’Estany Del VIVER par où nous finirons notre boucle, mais nous l’évitons en empruntant le sentier gauche qui nous conduit à l’Estany de la COMMASSA et à l’Estany SEC qui ne l’est pas tant que ça !. On quitte le PR pour rejoindre à la boussole l’Estany LLAT que l’on longe en remontant au Nord sur l’Estany LLONG. On rejoint ensuite au niveau d’une passerelle située à 2222 m d’altitude le PR qui nous emmène plein Est en direction du CARLIT qui culmine à 2921 m d’altitude ; ce sera pour une autre fois !

À 2364 m d’altitude, le PR bifurque sur l’Estany DE SOBIRANS au-dessus duquel nous allons ‘casse-croûter’. On resterait bien ici encore jusqu’à la nuit, mais ça ne serait pas raisonnable. Alors debout les gaillards ; on rejoint l’Estany DE TREBENS et après avoir passé deux petits ponts de bois nous arrivons à l’Estany D’EN GOMBAU ; de là, on se dirige Sud Est, hors sentier, jusqu’à un petit sommet bien visible et dominé par de gros blocs arrondis par les glaciers anciens. C’est un super belvédère sur la quasi totalité des Estanys visités.

Retour au sentier pour basculer sur l’Estany Del CASTELLAR, avant de passer entre les Estanys de LES DUGUES et de VALLELL. Nous poursuivons toujours sans faiblir jusqu’à l’Estany de LA COMMASSA et l’Estany Del VIVER, avant de reprendre le sentier emprunté à l’aller (oui, celui qui montait bien et qui maintenant descend bien !). Pour éviter la première partie trop caillouteuse, nous empruntons une voie parallèle située à gauche du PR. Par contre faute de trouver facilement une variante, nous nous tapons la deuxième partie de la rocaille jusqu’au BONES HORES, où certains assoiffées se précipitent sur sa terrasse ombragée, tandis que d’autres rejoignent le groupe de Daniel pour aller vider un godet au chalet des BOUILLOUSES.

La boucle est bouclée, on en a pris plein les yeux ! A.Colombet

Commenter cet article